fassmdz

fassmdz

sotchi

 

 Quelques Mots sur Sotchi  2014

 FASSM

Jeux olympiques de Sotchi 2014

 Ski Alpin

La participation aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014 est compromise, les raisons  qui ont prévalues à cette désaffection, sont nombreuses et  pour ne citer que quelques exemples pour éventuellement tenter d’éclairer la situation :

A titre d'exemple,

Le niveau de préparation des Athlètes de la sélection de Ski Alpin est insuffisant, la Fédération ne dispose même pas de  fiches techniques d’évaluation et de suivi des athlète de la sélection nationale de ski Alpin ,afin  de connaitre la progression des athlètes lors de  compétitions officielles , pas même  de rapports de stages de préparation, ces renseignements sont indispensables  pour  permettre à la fédération d’élaborer un plan de préparation de la Sélection Nationale

 Le niveau Technique actuel de nos athlètes de ski Alpin ne cesse de régresser, par manque d’entrainement et de préparation, aucun résultat significatif, En raison de tous ses inconvénients, les athlètes ne pouvaient pas faire figure honorable aux Jeux Olympique de Sotchi en 2014, l'Algérie ne participe pas aux jeux olympiques de Sotchi, bien évidement on se donne rendez vous pour d'autres événements sportifs importantes en Ski Alpin .  

Ski de Fond

Après examen attentif du dossier relatif à la demande de participation  aux jeux Olympique des skieurs de fond  résidents à l’étranger, et malgré tout l'intérêt qu'ils présentent  en tant que sportifs Algériens, malheureusement, les références techniques des  l’intéressés ne correspondent  pas aux exigences et critères arrêtés par le bureau fédéral  pour  cette discipline sportive .

En tant que mesure prise, en considération du niveau technique pour une participation aux JO,  la fédération  priorise les sports  pratiqués dans un fort pourcentage d’où la nécessité de soutenir en priorité les athlètes de ski Alpin,  pour lesquels la Fédération  développe un programme conséquent,

Enfin, Concernant la participation Algérienne aux JO de Vancouver dans  une discipline qui n’a pas d’ancrage en Algérie tout juste pour faire de  la représentativité,  l’impact en matière de développement est insignifiant,  bien que la Fédération participe aux JO  dans cette discipline  à deux reprise  ( Turin en 2006 et Vancouver en 2010)

De toute évidence, le ski de fond ne peut prendre racine dans un environnement socioculturel qui lui est défavorable, qui d’un point de vu  statistique cette discipline n’existe pas depuis la création de la fédération en 1963 avec un effectif de zéro   Skieur de fond.

 

L'histoire incroyable de Mehdi Khelifi

Mehdi Khelifi était le porte-drapeau de l'Algérie aux JO de Vancouver en 2010 Mehdi Khelifi est au centre d'un incroyable imbroglio. Ce Franco-Algérien s'est qualifié, en ski de fond, pour Sotchi. Mais l'Algérie refuse de l'envoyer aux Jeux olympiques, car il est le seul athlète sélectionné du (...)

 

 Blog l'expression.png

UN ATHLÈTE ALGÉRIEN PRIVÉ DE JO D'HIVER SOTCHI 2014

L'histoire incroyable de Mehdi Khelifi

Mehdi Khelifi est au centre d'un incroyable imbroglio. Ce Franco-Algérien s'est qualifié, en ski de fond, pour Sotchi. Mais l'Algérie refuse de l'envoyer aux Jeux olympiques, car il est le seul athlète sélectionné du pays.

Et pourtant ce jeune skieur algérien avait participé aux Jeux olympiques de Vancouver et avait été même le porte-drapeau de l'Algérie.

Il s'entraîne aujourd'hui dans le Vercors et espère encore un miracle. L'histoire de Mehdi-Selim Khelifi est incroyable. Le jeune skieur de fond algérien, qui réside à Montpellier, est qualifié pour les Jeux olympiques 2014. Mais comme il est le seul athlète de son pays à avoir décroché son billet, son pays natal, l'Algérie, refuse de l'envoyer à Sotchi. La télévision française France 3 l'a rencontré à Autrans, dans le Vercors, entre deux séances d'entraînement. C'est l'histoire d'un skieur de fond, désormais bien seul. Mehdi Khelifi, unique Algérien qualifié pour les J.O, n'ira sans doute finalement pas à Sotchi. Il est lâché par sa fédération. Mais Mehdi continue de s'entraîner. Vingt heures par semaine. Et porte fièrement les couleurs de l'Algérie. Les J.O, il connaît. A Vancouver, en 2010, âgé de 17 ans, il était le seul Algérien. Porte-drapeau, devant 2 milliards de téléspectateurs. Mehdi s'est naturellement préparé pour Sotchi 2014 dans des conditions quelquefois difficiles. Lors de l'ouverture de la période de sélection, la Fédération algérienne de ski l'a inscrit à des compétions internationales et il a réalisé des quotas olympiques. Il s'est entraîné extrêmement dur l'été 2013 pour pouvoir finaliser sa qualification et être compétitif. Entre temps, le bureau de la Fédération algérienne (FASSM) de ski a changé (Mars 2012). Mehdi n'a pas eu de réponse à ses courriers de demande d'inscription aux JO, datant du mois d'Octobre 2013. Le président de la Fédération a fait un écrit au ministère spécifiant que la Fédération n'ayant pas pu inscrire de skieurs alpins, néanmoins la semaine dernière, il a dit qu'il ne changerait pas lui-même d'avis, mais que si quelqu'un d'autorisé en Algérie, pouvait l'inscrire, il n'y verrait pas d'inconvénient. Le secrétaire général du COA a été contacté tout comme le ministère de la Jeunesse et des Sports et tous les deux seraient favorables à l'inscription de Mehdi, mais ont évoqué la non-ingérence entre le Comité Olympique et les fédérations. Un responsable algérien a spécifié à la mère de l'athlète, qu'après en avoir parlé au président du COA, il pense qu'il n'y aura pas de problème pour financer ce déplacement. La FIS (fédération internationale de ski) et le CIO (comité international olympique) ont une position similaire disant que c'est une décision qui appartient à l'Algérie et ne peuvent s'immiscer dans la décision. Sauf intervention du ministre lui-même, nous nous acheminons vers la non-participation de l'Algérie et celle de Mehdi qui n'aura peut être pas d'autres occasions de se qualifier à des JO. Ce qui est incompréhensible pour les différentes personnes avec qui la famille de l'atlète est en contact et qui finalement ne tient qu'à un homme, semble-t-il. Alors aujourd'hui, presque fataliste, Mehdi regarde déjà plus loin que les Jeux et prépare un Brevet d'Etat. Loin du Vercors, ses derniers espoirs se trouvent dans des bureaux, à Alger. Même le Président Bouteflika a été interpellé. La réponse est attendue d'ici quelques jours....

  

 

 



17/05/2013

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres